Une obligation, qu’est-ce que c’est ?

Source : formation CIF de la CNCEF.

Les entreprises et les collectivités ont plusieurs possibilités pour lever des fonds afin de financer leurs investissements commerciaux à long terme. Elles peuvent emprunter ces fonds ou opérer des augmentations de capital. Pour emprunter de l’argent, les entreprises peuvent avoir recours au crédit bancaire ou avoir  recours à l’émission de ce qu’on appelle des obligations.

Une obligation est une part d’un emprunt émis par une entreprise, une entité du secteur public ou l’Etat (l’émetteur). L’emprunt est contracté pour une durée déterminée appelée maturité.

Le porteur d’une obligation reçoit généralement un intérêt versé périodiquement (annuellement en général, mais cela peut être trimestriellement ou semestriellement) et calculé en fonction de la valeur nominale du titre (l’intérêt est dénommé le « coupon »).

Cet intérêt exprimé en pourcentage est défini contractuellement lors de l’émission des obligations. A la différence du dividende pour un actionnaire, le coupon est versé quels que soit les résultats de l’émetteur. Le versement du coupon est aussi appelé « détachement » du coupon.

À l’échéance, le montant nominal est en principe remboursé au porteur. Toutefois, avant l’échéance, la valeur de marché des obligations peut fluctuer et s’éloigner de la valeur de remboursement à l’échéance.

Le marché des obligations.

On peut acheter des obligations auprès d’un intermédiaire agréé :

  • soit au moment de leur émission (« marché primaire »), on parle d’une émission au pair. Certaines obligations peuvent être émises avec une prime d’émission lorsque le prix d’émission est différent de la valeur nominale.
  • soit sur les marchés boursiers (marchés dits secondaires) où les obligations sont cotées. Ces achats supportent des frais de transaction, ce qui n’est en général pas le cas des souscriptions à l’émission.

Dans les deux cas, les obligations sont déposées sur un compte-titres ordinaire (les obligations ne sont pas éligibles au PEA). L‘intermédiaire peut prélever des droits de garde.

Le prix de la transaction.

La fonction du marché obligataire est d’assurer la liquidité de titres dont l’échéance peut être lointaine. Le prix de transaction est déterminé en fonction du nominal du titre, de sa date d’échéance, et, surtout, du taux d’intérêt auquel il a été émis.

Si, lors de la transaction sur le marché obligataire, le taux d’intérêt des obligations neuves a monté par rapport à celui des obligations négociées sur le marché obligataire, les détenteurs de ces dernières seront obligés de vendre en dessous du nominal, puisque les acheteurs potentiels vont exiger de percevoir un taux d’intérêt au moins égal à celui des obligations neuves émises au même moment.

Variation du prix.

La valeur des titres sur le marché obligataire tend à :

  • baisser lorsque les taux d’intérêt (à long terme) augmentent,
  • monter lorsque les taux d’intérêt baissent.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de détails ou pour une étude personnalisée.

Posted on: 17 mars 2019, by :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *